Rechercher dans ce blog

Après le décès de mes parents...


J'ai souffert et j'ai grandi. 
 
La vie, désormais, a un prix qu'elle n'avait pas. 
 
Elle était naturelle, évidente, 
donnée comme un dû que l'on ne remet pas en question.
 
Mes parents sont partis. 
 
D'autres aussi que j'aimais s'en sont allés. 
 
Je les suivrai un jour. 
 
Dans ce temps qui me reste à vivre, 
 je veux profiter de tous les instants. 
 
C'est un devoir, et non plus un dû, 
que de bien les vivre. 
 
Je ressens comme une nécessite intérieure 
de faire honneur à la vie, 
 telle qu'elle m'est donné à vivre. 
 
Catherine Bensaïd
ESPACE DEUIL RECONFORT http://espace-deuil.blogspot.com

1 commentaire:

  1. on apprend beaucoup quand un des nôtres part pour le long voyage

    RépondreSupprimer